VENI VINO VICI
VENI VINO VICI

MENDOZA fête les vendanges!

A peine atterris à Santiago que nous prenons un bus direction l'Argentine, ou plutôt une toute petite partie de ce pays, là où se concentrent 70% des vins produits (150000ha et 1000 caves), la région de Mendoza. Pour ça, il nous faut traverser la Cordillère des Andes (en passant à côté du fameux Aconcagua qui culmine à 6960m), un spectacle incroyable qui nous fait nous rendre compte de l'importance de cette chaine de montagne pour les vins qui sont produits de l'autre côté; en effet, cela permet de stopper les vents du Pacifique et permet de conserver un climat sec et ensoleillé avec de forte amplitudes thermiques puisque cette région viticole oscille entre 900 et 1500m d'altitude.

 

Mendoza est la 8ème capitale du vin et c'est pour cela que nous ne pouvions manquer cette étape mais surtout dans 2 jours c'est l'ouverture de la Vendimia, la fête des vendanges! Ici, on célèbre le Malbec, le cépage emblématique d'Argentine mais pas exclusivement. Tous les vins de la région sont à l'honneur (Lujan de Cuyo, Maipu, San Rafael, San Martin, Vallée de Uco et San Juan) pendant 10 jours de fiesta.

LE MALBEC

 

Le Malbec est ce cépage qui fait la renommée des vins argentins mais c'est un cépage qui a pour origine la région de Cahors sous le nom de Côt. C'est un type de raisin un peu grossier à la base, son nom signifie à l'origine Mal Bec c'est à dire mauvaise bouche, mais maîtrisé il conduit à des vins très colorés et puissants avec une forte densité de tanins. Les vins de Malbec sont aptes au vieillissement et révèlent des arômes de fruits noirs et torréfaction. Ce n'est pas un hasard si le malbec s'est imposé au pays de la viande rouge qui supporte sa richesse en tanins.

Nous arrivons donc à Mendoza et prenons possession de notre base dans un dortoir de l'hostel Lagares, au centre de la ville. Nous découvrons la ville avec le soir même de notre arrivée un barbecue géant lors de la "Benediccion de los frutos" dans un parc avec le fameux principe de l'asado, barbecue où l'on trouve d'énormes pièces de bœuf argentin (cf http://www.argentina-excepcion.com/guide-voyage/cuisine-argentine/asado-argentine). Ambiance extra, régale des papilles avec notre premier cassage de ventre et notre première boutanche de malbec! Nous comprenons très vite que les 4 jours prévus ici ne suffiront pas...

 

Le lendemain, nous découvrons la ville de jour et constatons que la vie en Argentine commence tard voire très tard! La journée c'est au ralenti et on commence à sortir vers 19h pour finir au resto vers 22h30, ça nous change du rythme patagonien! On découvre donc la ville, ses parcs, et l'on se tient au courant du programme des festivités pour organiser notre emploi du temps de ministre! A l'auberge nous rencontrons Mike (plus connu sous le nom de Tse Chi Sum), un étudiant de hong kong à Buenos Aires qui est venu découvrir le pinard de son pays d'accueil. Nous convenons d'un rendez-vous le soir pour qu'il nous explique un peu les spécialités "viandardes" du pays. Et comme Mike est hors normes, nous le retrouvons en poncho dans les rues de Mendoza! Super soirée avec un apprentissage de tout ce qui fait que l'Argentine est le premier consommateur de viande du monde (bife de lomo, chorizo, morcilla...); merci Mike, on se voit demain pour de nouvelles aventures.

Plus de temps à perdre, nous partons à la découverte des vignobles de la région en commençant par un tour organisé qui nous fait découvrir les bodegas de Navarro Correas, Vistandes, Florio et Las cavas de Don Arturo. Nous comprenons que les visites de ce type sont sympa mais les explications fournies sont très approximatives. Navarro Correas et Vistandes sont de grosses machines et leurs bodegas sont architecturalement parlant de belles cathédrales mais cela reste un endroit touristique! Les vins présentés sont assez standards mais ils font partis de ces gros faiseurs qui possèdent de nombreuses cuvées ordinaires mais aussi des cuvées d'exception qui méritent le détours (par ex, les Cuvées Structura et Colleccion Privada pour Navarro ou Granum pour Vistandes). Chez Florio, famille italienne, nous découvrons des vins plus atypiques et donc plus surprenants avec des Moscato ou autre vins aux influences italiennes; l'accueil est très sympa mais il est temps d'aller manger car la matinée a été longue. Nous mangeons à la cava de cano, où une énorme table nous attend avec mille et un mets, des litres et des litres de Malbec, bref Pantagruesque! On se finit avec un dijo et un baby foot avec Mike avant de repartir pour la dernière cave de Don Arturo qui est plus modeste mais propose de bonnes bouteilles en monocépage (Syrah, Merlot, Cabernet...). Nous sommes repus! Mais il y a tant de vignobles à découvrir que ça en fait tourner la tête! 

Stop! Il n'est pas envisageable de courir pour entrapercevoir Mendoza et louper la moitié de la Vendimia: nous resterons jusqu'au bout et transformons nos 4 jours en 10 jours! Voilà qui est mieux...

 

Pour les gens comme nous qui aiment le vins mais ne peuvent pas visiter toutes les bodegas, la ville organise pendant la Vendimia des Mega Degustacion très animées, c'est à dire une sorte de foire du vin en pleine ville avec une multitude de vignobles présents (Trapiche, Lopez, Catena Zapata, Alta Vista pour les plus connus mais beaucoup d'autres aussi). Le paradis, même s'il est temps de dire au revoir à Mike qui doit retourner à Buenos Aires le lendemain! L'occasion de se faire un dernier festin à l'hôtel.

 

Pour le reste de la semaine, nous avons au programme la Via Blanca de la Reinas ou défilé des miss de la région avec élection de la Reine des vendanges, le Carrusel de la Vendimia, concert de musique traditionnelle dans le par San Martin (à consommer avec modération), marché nocturne sur la Plaza independencia, le Marché Nocturne Italien, les cours de dégustation de la ville, visite de l'exposition Picaso... et comme si cela ne suffisait pas à étancher notre soif, avant l'Acto Central, c'est à dire la cérémonie de clôture de la Vendimia, nous avons prévu quelques extras!

Venir à Mendoza et ne pas faire d'excursions à cheval au pied de la cordillère des Andes serait presque criminel. Nous voila donc parti pour un moment de bonheur incroyable en fin d'après midi pour une traversée des plaines environnantes avec les fleurs de cactus qui s'ouvrent au rythme où le soleil se couche... ma monture se prénomme Van Gogh car il lui manque une oreille après l'attaque d'un puma mais il est le plus beau des chevaux à cet instant. Après 2H de balade, nous arrivons à un Ranch avec Alejandro où nous préparons le feu, puis sommes conviés à un asado accompagné de bombonnes de Malbec et suivi d'une réunion autour du feu à écouter notre hôte gratter la guitare et pousser la chansonnette. Ici, les étoiles apparaissent par millier pour ne pas gâcher ce moment! Une douce nuit nous attend.

Pour compléter notre apprentissage au vins de la région, nous partons un autre jour à la conquête des vins de Lujan de Cuyo et Maipu... à bicyclette!

Nous visitons l'incontournable Bodega La Rural fondée en 1885 par Felipe Rutini avec une visite du musée du vin et une dégustation de vieux millésimes rouges d'une extrême finesse et des blancs intenses. Après Di Tommaso, nous finissons par Tempus Alba avec un déjeuner dégustation en terrasse vue sur les vignes; c'est probablement avec Rutini ce que nous avons goûté de meilleur en Argentine. Le retour en vélo est plus laborieux surtout sous cette chaleur désertique qui ne facilite en rien l'assimilation de ces breuvages délicieux mais néanmoins charnus!

Comme vous l'avez compris nous ne sommes pas là pour autre chose que du vin mais l'envie de sauter en parachute est présente depuis le début de ce tour du monde et nous avons enfin le temps de l'envisager ici puisque nous restons 10 jours au même endroit. Et devinez quelle fut notre réaction quand on apprit qu'il était possible de sauter à plus de 4000m au dessus des vignobles, admirer  la cordillère des Andes et déguster un malbec en même temps! On a dit Banco!

 

Levés aux aurores, une petite heure de route avec 2 autres inconscients pour arriver sur une ligne droite en terre battue au milieu de nul part qui servira de piste de décollage. C'est moi ou ça fout les miquettes? L'attente est un peu longue car nous apprenons que ce n'est pas la piste habituelle et qu'il faut attendre l'autorisation de l'armée d'abord et l'arrivée du pilote ensuite... on se décontracte comme on peut, on décide que je serai le premier à passer, on essaie de retrouver l'appétit pour ne pas tomber dans les pommes quand tout à coup, l'avion arrive. Alors, quand je vous disais que je passais le premier c'est que je serai apparemment seul dans l'avion vu sa taille! Etrangement je n'ai plus aucune appréhension, comme si mon esprit avait baissé les bras et se résignait à ce qui nous attendait. Je pense tout de suite à la bouteille que l'on me confie pour sauter et envisage de la boire d'une traite avant même le décollage! Après avoir mis la combinaison dans un style très prisonnier sur deathroad, nous décollons, le pilote, mon tandem (mon seul et unique ami à ce moment précis) et moi; nous tentons de nous emboiter dans la carlingue pour garder une chance de survie.

La porte s'ouvre, je me faufile dans le vide (ou bien on m'y pousse je ne sais plus trop), et là le temps s'arrête. C'est long. Un pied sur l'aile droite, un dans le vide et un mousqueton comme seul lien avec la vie. Je prends un bouquin imaginaire, commence les trois premiers chapitres puis me prépare une thé avant compter les vignobles de la région quand tout à coup, on saute! Mon prof m'expliquera plus tard qu'il attendait un trou dans les nuages pour se faire un kiff! Pour les 20 secondes qui suivent, je me sens telle une météorite en perdition mais j'arrive à me concentrer pour admirer aussi vite que possible les montagnes au loin, les vignobles sous moi et ... c'est déjà pas mal!

C'est simplement ce que j'ai vécu de plus fort dans ma vie, c'est magique. J'ai envie de pleurer quand le parachute s'ouvre mais très vite, on me rappelle que j'ai une bouteille de pif dans la poche et qu'il est temps de célébrer cet instant. Le meilleur jus de raisin fermenté qu'il m'est été donné de boire. Atterrissage en douceur ou presque et mon sourire ne souhaite plus me quitter quand je passe le relais à Holly qui vivra ce bonheur juste après moi...

 

Yiha!

Nous commençons à avoir la tête plein de souvenir incroyable à Mendoza mais nous avons encore un peu de place alors nous assisterons au défilé des chars de la Vendimia, irons à l'aquarium de la ville sans intérêt, ferons un footing dans la ville pour éliminer les tannins dirons nous et enfin, après quelques gros repas carnassiers, nous irons à l'Acto Central, l'aboutissement de la Vendimia, la cérémonie de clôture. C'est un grand show dans une arène avec danses argentines, célébration de la reine des vendanges, chants en retraçant l'histoire de la viticulture à Mendoza. Nous avions même fais le choix de nous payer de très bonnes places et de venir avec les meilleurs vins de notre séjour pour festoyer et noyer le chagrin de devoir partir le lendemain vers d'autres sensations.

s

 

Avant de partir, nous sommes obligés d'acheter un peu de vins pour la route, des couteaux de gauchos pour les souvenirs et de boire un Fernet Branca coca qui est surement la boisson la plus consommée ici et on se demande pourquoi quand on peut boire autant de bons vins!