VENI VINO VICI
VENI VINO VICI

PATAGONIE (Chili/Argentine) : changement de décor!

PUNTA ARENA


Quoi de mieux que de faire sa nuit sur le sol froid de l'aéroport de Punta Arena? Bienvenue en Terre de Feu, en Patagonie, au bout du monde!

 

Réveil matinal, découverte de la ville de Punta Arena avec le taxi qui nous conduit à notre auberge de jeunesse; c'est un peu triste à vrai dire tant le fantasme que l'on a de la Patagonie est grand. Une ville portuaire chilienne un peu terne qui à notre surprise est sous influence croate de part l'origine de la majorité de sa population.

Pour nous c'est un point de départ mais nous visitons la ville pour nous imprégner de l'ambiance du détroit de Magellan. Un petit marché artisanale sur la place de la ville, un cimetière aux allures d'HLM fleuris mais rien de très excitant. Nous partons dès le lendemain à la rencontre des manchots sur la Isla Magdalena. Une traversée glaciale et un débarquement magique sur cette petite île peuplée uniquement de ces oiseaux fascinants: un moment plus proche de nos attentes mais toujours pas de glaçons.

PUERTO NATALES

 

Le deuxième jour, c'est le départ pour Puerto Natales, point de départ pour notre très attendu trek de Torres del Paine. Une ville plus colorée et plus animée à 5H de bus de Punta Arena,  mais ce n'est toujours pas ce que nous cherchons; le vrai départ de l'aventure arrive le lendemain à l'aube pour le Parc National de Torres del Paine. Pour la petite histoire, nous rencontrons un tchèque dans notre dortoir qui revient du parc après avoir parcouru l'ensemble du circuit (environ 150kms) avec 30kg sur le dos, seul et cela en 5jours!!! Chapeau mais très peu pour nous car malheureusement nous n'avons pas le temps (2 jours n'est définitivement pas assez pour cette étape) ni la force nécessaire. Avant ce défis, on fait nos emplettes car nous camperons dans le parc et nous marcherons plus de 55kms en deux jours... ce qui nécessite une grande quantité d'eau, de vitamines pour un minimum de poids si possible. On peut faire ses achats sur places mais les prix sont affolants. Pour faire plaisir à la mamita de l'hostel, nous lui prenons quelques empanadas pour la route.

 

TORRES DEL PAINE

C'est parti pour une partie du W (nom donné à la partie la plus empruntée et la plus complète)! Nous sommes bien chargés mais nous sommes ultra excités dès notre arrivée au départ du trek. Le décor est fantastique, le ciel est chargé mais cela donne une atmosphère mystique à cette aventure. Le but de la première journée est d'atteindre les fameuses Torres del Paine assez rapidement pour redescendre et trouver un camp avant la tombée de la nuit.

Le temps change en permanence (pluie, vent, soleil), la montée est rude mais le décor est magique. Il y a du monde mais c'est encore supportable. Arrivé à notre premier objectif, le spectacle est à couper le souffle! Les trois tours sont face à nous, surplombant un lac au milieu d'un cirque naturel... peut-être un des plus bel endroit de notre voyage. On pique-nique chichement (sans pinard croyez le ou non!), petite séance photo, un bécot et on redescend. Pour ma part, je crois que je préfère grimper que descendre mais le rythme est plus soutenu et nous permet de rejoindre plus rapidement de nouveaux paysages.

 

Pour soulager Holly qui souffre à cause de ses chaussures (amateurs de vin, amateurs de marche), je prends son sac pour un petit moment commando mais le paysage me donne des ailes et la pluie ne nous découragera pas...

 

la plupart des gens qui sont organisés et intelligents s'arrêtent au refuge en contrebas (après 7H de marche tout de même) mais nous sommes gourmands et inconscients. Nous avons décidé donc de pousser encore pour... 4H de plus!!! Nous ne croisons plus personne, la marche est plus facile mais la nuit arrive vite, la pluie aussi. La fin de la journée est longue, la traversée des ruisseaux devient épique, mais c'est si bon de partager un moment comme celui-ci qui nous sort de la zone de confort. Le camp Italiano est enfin là, bondé et animé... nous trouvons une place improbable tout au bout, à bout et ne tenant plus debout. Pour plus de masochisme, nous nous régalerons d'une soupe chinoise en cup avec de l'eau chaude que le propriétaire des lieux nous fera l'amabilité de nous fournir. Une douche et au dodo le plus vite possible pour oublier que notre tente est à l'endroit le plus inondable du parc. On est campeur du dimanche ou on l'est pas!

 

Levés aux aurores évidemment, les jambes comme des bûches de bois, nous repartons pour de plus belles aventures tel Tom Sawyer un jour d'école. Il fait beau aujourd'hui, nous admirons les lacs, glaciers et autres oiseaux; nous constatons l'ampleur de l'incendie provoqué par un campeur il ya quelques années qui a rendu interdits les feux de camp dans le parc, affligeant! C'est un vrai régal mais nous nous rendons vite compte qu'il sera difficile de voir le glacier Grey sans prendre le risque de rater le bus et prendre du retard sur notre agenda. Nous préférons donc prendre un sentier annexe, sans croiser personne et je dois dire que ça fait un bien fou. La végétation est superbe, les glaciers au dessus du lac s'illuminent avec les rayons du soleil. Au retour au point de départ du bateau qui nous ramènera au bus, nous avons le temps de nous poser une petite heure et de relever le défis de se baigner dans les eaux glacées du lac Grey. Je suis heureux, mes jambes aussi.

 

La traversée est émouvante car nous laissons derrière nous un grand moment de bonheur et de souffrance. Nous n'avons pas vu le W en entier mais la victoire ne s'écrit-elle pas avec un V!? La suite n'est que somnolence, doux rêves et récupération avant le départ pour le côté argentin.

EL CALAFATE / PERITO MORENO


Pas de temps à perdre et comme l'aurait si bien dit un bon ami à moi, c'est pas une course mais le premier arrivé à gagner! La route est plaisante avec d'innombrables Nandou, sorte d'Autruche américaine, qui nous accompagnent jusqu'à El Calafate après avoir traversée le poste frontière Chili/Argentine. C'est une étape encore plus touristique mais agréable tout de même surtout que nous sommes installés dans un hostel superbe avec une famille d'accueil adorable qui nous régale, nous conseille et nous donne une meilleure impression de l'accueil patagonien. Le but de ce périple est l'incontournable glacier Perito Moreno à 50kms de là. Spectaculaire, il mesure plus de 15kms de long et 5kms de large atteignant parfois 60m de haut!

 

Nous partons donc tôt le matin à la rencontre de se glacier qui avance tous les jours un peu plus. Nous n'avons pas choisi de faire la mini croisière pour des raisons budgétaires et car le temps matinal n'est pas top; nous allons donc directement nous confronter au glacier sur le mirador. Alors oui, c'est un site touristique et pour des raisons de sécurité, vous resterez à distance (50m environ) mais si vous arrivez assez tôt en évitant le coup de la croisière (qui vous montre le glacier sous un autre angle mais pas plus proche finalement), vous serez tranquille pour en prendre plein les yeux! C'est colossal, à la limite du flippant. Les couleurs varient selon la lumière mais son éclat reste intact. Nous resterons plus de 5H et croyez moi, ça passe très vite même si le seul spectacle est celui des morceaux de glacier qui s'effondrent dans les eaux glacées en émettant un son fracassant. C'est une sorte de chasse pour capter ce moment magique, avoir les yeux ou l'objectif de votre appareil photo dessus au moment où cela arrive. Plus le temps passe, plus le temps se dégage, plus il y a du monde mais le site est bien fait avec plusieurs balcons d'observation.

 

Ca vaut véritablement le détour et je recommande de prendre le temps de faire un trek sur le glacier à l'aide de chaussure crampons pour vivre la terreur de l'intérieur. En tout cas, la nature nous a offert un régal pour les yeux et les oreilles que nous ne sommes pas prêts d'oublier!

 

Le soir, nous rentrons à El Calafate où nous "dégusterons" de la bière artisanale (il y a pourtant du vin en Patagonie) dans un bar très sympa pour nous remettre de nos émotions. Une douce nuit, un retour en bus à Punta Arena, une nouvelle nuit à l'aéroport pour le kiff et un vol en direction de Santiago de Chile. Nous avons réaliser un rêve en découvrant la Patagonie mais elle méritait plus de notre temps ne serait-ce que pour profiter des treks qu'elle offre; une région aussi paisible et riche ne se fait pas dans la précipitation mais on ne pouvait pas s'en priver!

 

 

Nous poursuivons donc nos aventures et allons bientôt retrouver notre raison d'être: le vin. Pourtant, sachez que la Patagonie est une région productrice de vin (Région de Rio Negro et Neuquen) mais comme vos pouvez le voir sur la carte, c'est grand la Patagonie et la région des vins n'était pas à côté! Ces vins sont pour des raisons évidentes plus fins et plus légers que les Malbec que nous rencontrerons à Mendoza (Argentine), on y cultive le Malbec mais aussi le Cabernet, le Pinot Noir, le Merlot ou encore le Chardonnay principalement. Nous avons gouter les vins de la bodega Fin Del Mundo, une des dernières bodega installées dans la région et je dois dire que nous ne nous attendions pas à une telle qualité. Je vous recommande aussi la Bodega Chacra, cuvée Barda en Pinot Noir, du fruit, de la souplesse avec de la matière et de la persistance, que demandez de plus?!