VENI VINO VICI
VENI VINO VICI

LE SRI LANKA

Arrivée Colombo le 1 novembre pour repartir le 10... trop court mais que c'était bon!

 

Récit du voyage: Notre arrivée au Sri Lanka marque le début de nouvelles aventures ; nous serons désormais quatre sur la route puisque des amis nous rejoignent pour tout le mois de novembre, et en novembre c’est l’heure de se faire pousser la moustache ! Je m’explique pour ceux qui ne connaissent pas encore Movember : tous les mois de novembre, cette association se mobilise pour lutter contre le cancer de la prostate et demande au participant de se laisser pousser la moustache en signe de solidarité et pour récolter des dons (plus d’informations sur www.movember.com). Notre équipe : La Mousse Qui Tache !

Ainsi nous arrivons à Colombo le 1er novembre accueillis par nos amis puis direction le barbier à Negombo pour être rasé de très très près avant la moustache. Bien sûr nous fêterons dignement ces retrouvailles dans un bar local avant de décider le lendemain avec une bonne gueule de bois de prendre un taxi driver pour les 5 premiers jours puisque les frais sont divisés par 4 et le temps nous est compté si nous voulons faire tout ce qui nous émoustillent déjà les moustaches !

 

Cette première partie du voyage nous amène à Sigiryia, Dambula, Kandy, Ella puis enfin la Rainforest. De hauts lieux culturels que je ne peux que vous recommander lors d’un voyage dans ce pays où montagnes, temples et rizières se succèdent sur votre route. Ensuite nous échouerons sur les plages d’Hikkaduwa pour profiter des bienfaits de la bière « Lion » sous le soleil de la côte du sud-ouest du pays. Bien sûr les passionnés de bouddhisme seront ravis d’observer les fameux bouddha couchés mais les trekkeurs, les amoureux d’éléphants, les amateurs de thé ou grands surfeurs seront comme nous dans un petit paradis. Le Sri Lanka est un concentré de faune et flore ; nous avons pu observer singes, éléphants, chats sauvages, buffles, tortues, serpents, iguanes … et centaines d’oiseaux sans même les chercher. Certains paysages peuvent faire penser au sud de l’Inde mais les deux pays sont vraiment différents : les gens, les coutumes, la cuisine et surtout la religion nous font sentir à des milliers de kilomètres de l’Inde. Même si la guerre civile a laissé d’énormes séquelles, le Sri Lanka parait dans son ensemble moins touché par la pauvreté et plus moderne. Cela a du bon (puisque nous trouvons du vin plus aisément!) mais l’exotisme est moins présent dans les relations humaines que nous avons. Par contre, tout comme l’Inde, la fâcheuse habitude de répondre par un hochement de la tête de droite à gauche pour dire « oui » ou « non » ou « peut-être » est toujours aussi déstabilisante ; nous appellerons cette habitude la clochette !

Aussi, le Sri Lanka peut vous paraître comme une petite île mais les temps de voyages peuvent s’avérer très long à cause du relief (comptez une moyenne de 60km/h maximum si vous vous déplacez). Nous avons choisi de passer quelques jours sur la plage pour prendre nos premiers cours de surf, pour faire la fête avec nos amis mais même sans cela, le Sri Lanka est si riche en paysage et en activités qu’il vous faudra presque 2 mois si vous voulez avoir un aperçu précis de cette île du Lion. C’est pourquoi je ne peux pas vous conseiller sur le meilleur itinéraire mais je peux vous recommander vivement de visiter ce joyaux même si les prix ont fortement augmenté ces dernières années (la vie coûte environ le double de l’Inde – ex : une chambre double A/C coûte au moins 18€ contre 7en Inde).

 

Concernant le vin, nous avons plus de faciliter à en trouver puisque les supermaket et liquor shop sont très développés ; les vins du nouveau monde sont en grande majorité avec le Chili en pôle position du à son prix abordable (environ 6€ la bouteille). Cependant, c’est loin d’être la boisson nationale !

Après le pays des bouddha couchés, direction la Thaïlande pour de nouvelles aventures et surtout pour des dégustations plus que surprenantes ! 

Anectodes mets et vins

Que de bons souvenirs dans les restaurants Sri Lankais ! Du fait de l’arrivée de Bear et Sarah, nos compagnons de route arrivés fraichement de Mandelieu en France, nous avons multipliés les sorties. Vous devez savoir que je suis le bon client pour me lancer des défis mais je ne savais pas que le sri Lanka avait la réputation d’avoir la cuisine la plus épicée du monde, celle qui vous fait décoller les lentilles de contact ! Avis aux personnes sujettes aux hémorroïdes, ne venez pas ! A Kandy, j’ai voulu changez du fameux Rice and Curry qui compose l’essentiel des 3 repas journaliers d’un srilankais normal ; quand le plat est arrivé, j’ai cru apercevoir de la viande au milieu des piments rouges et là j’ai tout de suite compris que ma fougue allait peut être me perdre… l’apéro ayant été pris au sérieux, le courage ne me faisait pas défaut surtout que mes papilles étaient pré-cuites avec le Arack (délicieux alcool, proche du rhum à base de noix de coco). Je dois dire que le goût était au rendez-vous, et que le chili était plutôt bien équilibré… mais le lendemain dans mon estomac, les cuillérées de piments que j’ai absorbées pour faire le malin devant mes potes ont continué de cuire à l’intérieur : une haleine chaude au point de brûler une cigarette si j’avais été fumeur !

Un autre soir c’est le vin qui a été sujet à la rigolade. Nous demandons une bouteille de vin chilien pour nous faire plaisir et le voilà qui ramène le saint graal mais à une température proche de celle de l’Alaska en période froide. Nous rigolons bien sûr car pour les arômes, faudra repasser mais nous ne souhaitons pas faire nos chieurs et acceptons la bouteille car le serveur met tout son cœur dans cet exercice ; il dévisse donc la capsule et me fait goûter… là je réussis à ne pas mourir de rire et lui dis simplement que c’est parfait. Je peux vous dire aujourd’hui que rien n’était parfait. Cependant  l’attention du serveur à faire de son mieux pour que nous appréciions cette bouteille était au-dessus de ce que j’attends d’un service de qualité en France. Sans moquerie aucune, il a rendu le vin meilleur !

Pour la petite histoire, nous sommes revenus deux soirs plus tard au même endroit et nous avons eu la même bouteille mais cette fois-ci la température de service était celle d’un thé de Ceylan !